Culture Algerienne

 

Langues

 

L'arabe est la langue officielle du pays. Le franais est toujours parlŽ. Plusieurs dialectes ou langues berbres sont pratiquŽs.

 

Religions

 

Sauf exception, la population algerienne est d'obŽdience musulmane sunnite. L'islam est religion d'ƒtat, mais le pays n'est pas une RŽpublique islamique. Le jour consacrŽ est le vendredi. Mais les musulmans pratiquants doivent honorer Dieu cinq fois par jour en priant en direction de La Mecque, en Arabie Saoudite. L'islam influence ŽnormŽment leurs modes de vie : alimentation et vtements par exemple.

 

Rencontres et mariage 

 

Les jeunes AlgŽriens se rencontrent ˆ l'universitŽ, dans les lieux publics et ˆ certaines occasions, mais ils se donnent aussi rendez-vous comme en Occident. Le mariage ne reprŽsente pas seulement l'union de deux individus, mais aussi celle de deux familles.

Les parents sont par consŽquent Žtroitement impliquŽs dans le choix des conjoints. Les femmes se marient gŽnŽralement vers l'‰ge de 20 ans, les hommes un peu plus tard.

 

Il Žtait traditionnellement normal que trois gŽnŽrations au moins (grands-parents, enfants mariŽs et leurs Žpouses) partagent la mme maison, mais, dans les villes, la famille nuclŽaire est devenue plus frŽquente.

 

Les r™les de l'homme et de la femme sont clairement dŽfinis : les femmes s'occupent des enfants et de la maison, tandis que les hommes sont responsables des revenus de la famille et de la discipline. Les enfants ne doivent pas mettre en cause l'autoritŽ de leurs parents et doivent les prendre en charge lorsque ceux-ci deviennent plus ‰gŽs.

 

Ë table 

 

Dans les villes, la cuisine d'origine franaise c™toie la cuisine algŽrienne traditionnelle. Le produit de base de l'alimentation dont est fait le plat typique se dit seksul en berbre et couscous dans les autres rŽgions d'Afrique du Nord.

 

Il s'agit de semoule cuite ˆ la vapeur servie avec de l'agneau ou du poulet et des lŽgumes, souvent sous la forme d'un ragožt.

 

Les musulmans, respectueux des interdits rituels, ne mangent pas de porc et ne boivent pas d'alcool.

 

Bien que les AlgŽriens utilisent habituellement des couverts ˆ table, on mange encore certains plats avec les doigts, surtout ceux qui sont accommodŽs de sauces riches, o le pain fait office de cuillre.

 

La main gauche Žtant utilisŽe traditionnellement pour l'hygine corporelle, on fait usage de la seule main droite lorsque l'on mange sans couverts.

 

Vie en sociŽtŽ 

 

En AlgŽrie, les salutations sont traditionnellement trs chaleureuses, mais, dans les grandes villes comme Alger, elles sont marquŽes par les habitudes franaises. On les accompagne gŽnŽralement d'une poignŽe de main et, frŽquemment d'une accolade (entre gens de mme sexe).

 

On salue en premier lieu les plus ‰gŽs. On adresse la parole aux Žtrangers et aux connaissances en utilisant leur titre et leur nom de famille; avec les proches et les amis, on emploie simplement le prŽnom.

 

Dans les petites assemblŽes, il est de bon ton de saluer chacun individuellement. Bien qu'il existe de nombreuses formules de politesse en fonction de chaque situation, Salam Ahlikoum (Salut ˆ toi) et Saha (SantŽ) sont les formules arabes les plus frŽquentes. Saha s'emploie Žgalement pour quelqu'un qui vient de terminer un repas, qui vient de prendre un bain ou peut dire Žgalement "Merci" .

 

Azul et Azul amiss tmuzrha (Bonjour et Bonjour, fils de notre pays) sont des salutations berbres utilisŽes par les Kabyles. Lorsqu'ils quittent un endroit, les Kabyles disent Ar thim lee leeth (Au revoir) , les arabes disent Besslama ou Abka ala Khir, en fonction des zones gŽographiques.

 

Il subsiste en AlgŽrie une profonde tradition d'hospitalitŽ et, ˆ l'instar des autres rŽgions du monde arabe, l'Žtiquette sociale est importante. Les membres de la famille et les amis intimes peuvent se rendre visite ˆ l'improviste, mais les autres doivent attendre qu'on les invite; c'est un honneur pour un Žtranger ou une connaissance de visiter une maison privŽe.

 

Une pŽriode assez longue de conversation prŽcde habituellement une discussion professionnelle. Il vaut mieux Žviter les questions privŽes et les sujets sensibles comme la politique et la religion, ˆ moins que votre h™te ne les introduise lui-mme dans la conversation.

 

Si refuser des rafra”chissements peut para”tre offensant, laisser un peu de nourriture dans l'assiette indique, en revanche, que l'on a ŽtŽ trs bien reu. Lorsque l'on est invitŽ ˆ d”ner, il est d'usage d'apporter un prŽsent.

 

Loisirs

 

Les loisirs se dŽroulent principalement en famille et souvent ˆ la maison. Les AlgŽriens aiment Žgalement aller ˆ la plage, au cinŽma et pique-niquer, mais l'activitŽ de loisir la plus populaire reste le football.

 

Vacances et ftes 

 

Les jours de congŽs musulmans changent de date chaque annŽe en fonction du calendrier lunaire islamique. Les jours fŽriŽs lŽgaux comprennent le jour de l'An (1er janvier), la fte du Travail (1er mai), la fte de la RŽvolution (19 juin), la fte nationale (5 juillet) et l'anniversaire de la RŽvolution

(1er novembre).

 

La premire des trois ftes islamiques les plus importantes est El A•d-Essgher, une fte de trois jours qui se dŽroule ˆ la fin du mois de ramadan. Cette fte est gŽnŽralement un pretexte pour fter les enfants en leur achetant des vetements neufs et en leur donnant de l'argent.

 

Le ramadan est le mois au cours duquel le Coran (El Qur'an) fut rŽvŽlŽ ˆ Mohammed (SAW). Au cours de ce mois, les musulmans s'abstiennent de boire, de manger, de fumer et d'avoir des rapports sexuels du lever au coucher du soleil.

 

Le soir, ils mangent et rendent visite ˆ leur famille et ˆ leurs amis. Le deuxime jour important pour les musulmans,  A•d al-KŽbir ou fte du Sacrifice, a lieu en mme temps que le plerinage ˆ La Mecque et commŽmore la dŽcision d'Abraham de sacrifier son fils.

 

Le troisime est El mouled, l'anniversaire du prophte Mahomet.

 

Musique

 

Dans le domaine de la musique, l'AlgŽrie partage des influences sŽculaires avec nombre de ses voisins d'Afrique du Nord. L'islam a ici jouŽ un r™le dŽcisif dans le faonnage du contexte, tant profane que religieux, de l'interprŽtation musicale.

 

La tradition classique de l'orchestre andalou, que l'on retrouve en AlgŽrie, au Maroc et en Tunisie, se caractŽrise par de longues suites complexes, jouŽes ˆ l'aide du 'ud (luth), du rabab (violon) et la darabouka (tambour en forme de coupe), et fait montre d'influences espagnoles importŽes par des rŽfugiŽs arabes en provenance d'Andalusia.

 

Dans les zones rurales, ˆ l'inverse, la musique fait appel ˆ des schŽmas musicaux plus simples, gŽnŽralement interprŽtŽs sur la gasba (flžte en bois) et le guellal (petit tambour en mŽtal).

 

Ë l'instar de l'orchestre andalou, les ensembles des zones rurales s'inspirrent des tournures ŽlaborŽes de la poŽsie classique arabe dans leurs paroles mais, au lieu de suivre le rythme de la poŽsie, ils jouaient sur un rythme plus soutenu et plus dŽfini.

 

Ces orchestres ruraux ont donnŽ naissance ˆ un genre populaire, appelŽ ra•. Dans les annŽes vingt et trente, ces premiers groupes de ra•, qui comptaient en leur sein des chanteuses appelŽes cheikhas, Žtaient trs apprŽciŽs des nombreux AlgŽriens qui avaient migrŽ des zones rurales vers les villes, pour travailler dans les usines.

 

Dans les annŽes cinquante, le ra• s'associa au mouvement pour l'indŽpendance de l'AlgŽrie, alors sous domination coloniale franaise, et les paroles des chansons traitaient souvent de la lutte armŽe. Aprs que l'AlgŽrie eut obtenu son indŽpendance de la France en 1962, les musiciens de ra• commencrent ˆ assimiler l'influence de la musique pop internationale.

 

Le ra•, qui continuait ˆ aborder sur le ton de la provocation des sujets controversŽs, fit appel ˆ de nouveaux instruments afin de gagner en puissance et de se prter plus ˆ la danse : La flžte en bois fut remplacŽe par la trompette ou le saxophone, et le petit tambour mŽtallique cŽda la place au tabla hindou, de plus grande taille.

 

Bien qu'elle prenne sa source dans la tradition rurale, la musique ra• contemporaine (qui est souvent produite dans des studios d'enregistrement en Grande-Bretagne et en France) est un mŽlange sophistiquŽ de styles rŽgionaux algŽriens, de reggae, de funk et d'autres styles populaires.

 

Le dŽcoupage gŽographique des diffŽrentes sensibilities musicales algŽriennes peuvent se rŽsumer ainsi:

 

Le chaabi (algŽrois) a pour interprŽtes principaux El Anka, Dahmane El Harrachi, Guerouabi .

 

Le malouf (constantinois) a pour maitre incontŽstŽ

Mohamed Tahar Fergani, ou encore Hassan El Annabi.

 

Le Sahraoui (Sud du pays) dominŽ par Khelifi Ahmed ou Deriassa.

 

Enfin le ra• (Oranais) avec des artistes tel que Khaled, Cheb Mami, Cheb Hasni, Fadhila ou plus recemment Faudhel.

 

Bibliothques et musŽes 

 

La Bibliothque nationale ˆ Alger est la principale bibliothque du pays. L'universitŽ d'Alger et la bibliothque municipale de Constantine possdent Žgalement un fonds documentaire important.

 

Le musŽe de la PrŽhistoire et d'Ethnographie, le musŽe national des AntiquitŽs et le musŽe national des Beaux-Arts sont les principaux musŽes d'Alger. Le musŽe de Cirta ˆ Constantine renferme des collections ayant trait ˆ l'art et ˆ l'archŽologie. 

 

Calendrier

 

On travaille du samedi au mercredi de 8 h 30 ˆ midi et de  14 h 30 ˆ 18 h 30. Le calendrier officiel est occidental (grŽgorien), mais les activitŽs religieuses sont rŽglŽes en fonction du calendrier lunaire islamique.